Il existe de plus en plus de marques de croquettes sur le marché et donc de plus en plus d’arguments marketing de la part des fabricants. Il n’est pas toujours aisé de savoir lesquelles acheter pour notre compagnon à quatre pattes. Dans cet article nous allons vous démontrer que certains arguments marketing sont plus beaux qu’il n’y parait.

La viande fraîche

La viande peut être apportée sous plusieurs formes : fraîche, congelée, ou encore sous forme de farine (donc déshydratée). Mais attention à ne pas faire de raccourcis ! Apporter 70% de viande fraîche dans la recette de fabrication de la croquette ne signifie pas apporter 70% de protéines. C’est malheureusement ce que j’entends trop souvent ! En effet, la viande est principalement constituée d’eau (environ 75%). La croquette, quant à elle, est déshydratée. Il faut bien comprendre qu’au cours du processus de fabrication soit après cuisson des aliments, il ne reste plus d’eau dans notre viande. Il ne reste donc que 25% de viande sous forme de farine.

Si la recette de départ contient 70% de viande fraîche, il ne restera que 17,5% de viande dans notre croquette  (25%x70%=17,5%). Ça ne fait plus beaucoup ! Gardez cela à l’esprit et ne pensez pas donner une croquette riche en viande à votre animal alors que ce n’est pas toujours le cas !

La croquette riche en protéines

Le bon sens nous invite à penser que nos chiens et chats, étant des carnivores domestiques, doivent manger des croquettes très riches en protéines . Ainsi, on préférera choisir des croquettes avec au moins 30% de protéines pour les chiens et 40% pour les chats. C’est là que la réalité nous rejoint et que tout se complique… en effet, il ne faut pas regarder et comparer simplement les pourcentages de nutriments sur une étiquette.

Exemple

Comparons 2 croquettes par exemple :

– la croquette A, contenant 30% de protéines et possédant une densité énergétique de 400 kcal/100g
– la croquette B, n’en contenant que 25% et possédant une densité énergétique de 330 kcal/100g.

Supposons maintenant que votre chien, Rex, possède un besoin énergétique de 1000 kcal par jour. Dans les deux cas de figures, Rex ne va pas manger la même quantité de croquettes pour couvrir ses besoins. En effet :

– avec la croquette A, Rex doit manger 250g de croquettes par jour (1000/400*100=250). Il va donc manger 75g de protéines (250*30%=75).
– avec la croquette B, Rex doit manger 303g de croquettes par jour (1000/330*100=303). Il va donc manger 75,75 g de protéines (250*30%=75,75).

Le calcul du RPC comme solution

On comprend donc que quelque soit les croquettes qu’on achètera à Rex dans cet exemple, il mangera autant de protéines, ce qui ne nous a pas sauté aux yeux en lisant l’étiquette ! Cela est vrai pour les protéines mais également pour les glucides ou encore les lipides. Il est impossible de comparer deux pourcentages en regardant simplement une ligne de l’étiquette. La quantité de protéines ingérée dépend, entre autres, de la densité énergétique de l’aliment (donc de la quantité de calories par repas).

Alors, comment fait-on en pratique pour comparer tous ces paquets de croquettes ? il y en a des centaines ! Si vous voulez aller encore un peu plus loin et en savoir plus, en route vers un nouvel article en cliquant ici : les protéines et le Rapport Protido-Calorique (RPC).

Croquettes sans céréales

L’amidon

Il me semble qu’il s’agit là d’un débat sans fin : faut-il oui ou non donner des croquettes avec céréales à nos carnivores domestiques ? J’entends trop souvent les gens dire : « il ne faut pas donner de céréales à nos chiens ou nos chats, c’est toxique pour eux, ils n’en ont pas besoin, cela leur provoque des maladies car ce ne sont que des glucides ». Même s’il y a du vrai dans cette remarque, il y a aussi beaucoup d’incompréhension et de manque de connaissances. Il est grand temps d’éclaircir ce sujet. La croquette est un aliment sec. Elle a besoin d’amidon pour conserver sa forme et pour ne pas s’émietter. Par définition, l’amidon est un sucre donc un glucide. Peut importe sa source, l’amidon est et sera toujours un glucide.

Dans les croquettes avec céréales, l’amidon est apporté par le blé, le maïs ou encore le riz. Dans les croquettes sans céréales il est apporté par la pomme de terre ou les légumineuses comme les lentilles ou les petits pois. On comprend ainsi qu’une croquette sans céréales est loin d’être une croquette sans amidon et donc sans glucide. Ainsi, il existe des croquettes sans céréales avec pourtant parfois plus de 40% de glucides !

De plus, toutes les sources de glucides ne se valent pas ! La pomme de terre a, par exemple, un index glycémique très élevé, bien plus que le maïs par exemple, ce qui peut être délétère. Il ne faut donc pas qu’elle soit présente en de trop grandes proportions dans la formulation.

La croquette : un compromis

Certes, les chiens n’ont pas besoin de maïs, mais ils n’ont pas besoin de lentilles ou de petits pois non plus. L’alimentation à base de croquettes est un compromis pour nos animaux à l’heure actuelle, où nous avons peu de temps (et de moyens) pour leur préparer un repas fait maison bien équilibré. Une alimentation à base de croquettes équilibrées et adaptées permet d’éviter les carences et apporte une meilleure hygiène bucco-dentaire qu’un aliment humide (sauf, bien entendu, si votre compagnon à quatre pattes se laisse brosser les dents plusieurs fois par semaine). Comme tout compromis, rien n’est parfait, et pour qu’une croquette soit une croquette, il lui faut de l’amidon. Reste bien évidemment à adopter des croquettes qui n’en comportent pas en excès.

Profitons-en pour rappeler, contrairement aux idées reçues, que les glucides ne sont pas à l’origine de diabète chez le chien et le chat. En effet, il s’agit d’une maladie se traduisant par une augmentation de la glycémie due à un manque de production d’insuline ou à une mauvaise réponse de l’organisme à celle-ci. Attention toutefois, l’obésité est un facteur prédisposant à cette maladie.

Les protéines dans les croquettes sans céréales

De plus, nous parlions juste avant de protéines. Sachez qu’il y en a bien plus dans les légumineuses que dans les céréales. Toutefois, ces protéines sont des protéines végétales et sont bien moins intéressantes pour vos amis à quatre pattes que les protéines animales. Ainsi, le taux de protéines dans un aliment sans céréales ne peut pas systématiquement être comparé à celui d’un aliment avec céréales car une partie de ces protéines ne posséderont pas les qualités recherchées.

La FDA alerte sur les croquettes sans céréales

Pour terminer, sachez que nous avons actuellement peu de recule sur les aliments sans céréales. En effet, le fait d’apporter des légumineuses pour remplacer le maïs, le blé, l’orge ou le riz n’est pas toujours anodin. Ainsi, une étude réalisée du 1er janvier 2014 au 30 avril 2019 par la FDA (Food and Drug Administration, le Secrétariat américain aux produits alimentaires et pharmaceutiques) a recensé 515 cas de chiens touchés par une maladie cardiaque : la myocardiopathie dilatée. Cette étude pose une question très importante puisqu’elle aurait permis de constater que 90% de la nourriture consommée par ces chiens malades serait une alimentation sans céréales. Ainsi, 16 marques ont été listées comme potentiellement à risque.

Pour ceux qui souhaitent en savoir plus sur cette étude (en anglais), c’est ici.

En conclusion, prenez du recule par rapport à ces arguments marketing. La croquette ne prétend pas être un aliment parfait. Il s’agit d’un compromis pour nourrir notre animal en lui évitant les carences et en lui permettant d’être en bonne santé. Ne vous fiez pas uniquement à ce qui est écrit sur le paquet mais essayez d’avoir un regard critique !